Monday, March 4, 2024
HomeLa CHINE OPPRIME ET TORTURE MUSULMANSLe 12 octobre 1949, la Chine a attaqué et annexé la République...

Le 12 octobre 1949, la Chine a attaqué et annexé la République musulmane du Turkestan oriental

Le 12 octobre 1949 marque l’invasion belliqueuse du Turkestan oriental par la Chine, un pays que la Chine a ensuite rebaptisé “Xinjiang”, ce qui se traduit par “nouveau territoire” ou “colonie” en chinois.

L’invasion de la Chine a été un acte d’agression brutal qui a conduit à des décennies de colonisation, de génocide et d’occupation,

Onze jours seulement après avoir proclamé la création de la soi-disant “République populaire de Chine”, le Parti communiste chinois (PCC) a procédé, le 12 octobre 1949, à une invasion calculée et belliqueuse de la nation souveraine du Turkestan oriental.

Cette invasion a été facilitée par l’assassinat de plus de 30 hauts responsables politiques et militaires de la République du Turkestan oriental par l’Union soviétique entre la fin août et septembre 1949.

Contrairement au discours trompeur de la Chine sur une “libération pacifique”, l’invasion communiste chinoise du Turkestan oriental a été un acte d’agression impitoyable qui a tué plus de 1 20 000 habitants du Turkestan oriental depuis l’invasion chinoise du 12 octobre 1949 jusqu’à la fin de l’année 1952.

Lorsque l’Armée populaire de libération (APL) a envahi le Turkestan oriental le 12 octobre 1949, la République du Turkestan oriental était un État indépendant jusqu’au 22 décembre 1949, date à laquelle elle a été renversée par la force par l’armée chinoise.

Depuis l’invasion, le Turkestan oriental et son peuple ont été soumis à une campagne brutale de colonisation, d’assimilation, et d’occupation, qui s’est transformée en génocide après 2014.

Cette campagne comprend l’internement massif de plus de 3 millions d’Ouïghours, de Kazakhs, de Kirghizes et d’autres peuples turcs dans des camps de concentration, des prisons et des camps de travail forcé ; la stérilisation massive des femmes ouïghoures et d’autres peuples turcs ; la destruction de plus de 16 000 sites culturels et religieux ; la surveillance généralisée ; le viol systématique des femmes ouïghoures et turques ; et la séparation forcée de plus de 880 000 enfants ouïghours de leur famille.

Ces atrocités ont été officiellement reconnues comme un génocide et des crimes contre l’humanité par le gouvernement américain, plus d’une douzaine de parlements occidentaux et les Nations unies.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments